Javascript Menu by Deluxe-Menu.com
  S'identifier (Mail):
  Accueil  
   
 

Nature et Alimentation

 
 
Diffusez votre publicité
éthique et écologique

Recevoir les actualités (mail):

plan du site    contact    déconnection  

Les créatifs culturels vont-ils transformer le monde ?

Synthèse et extraits du débat organisé pour les 25 ans des éditions du Souffle d’Or


Si vous remettez en cause votre mode de vie pour une vie plus simple et plus qualitative, que vous mangez de plus en plus bio, de moins en moins de viande, que vous vous préoccupez de l’état de notre planète, des inégalités sociales, des droits des femmes, de votre développement personnel, si vous pensez global mais agissez local… attention, vous pourriez bien en être un ! Une étude américaine reconduite en France par Yves Michel (Association pour la Biodiversité Culturelle) met en évidence l'émergence d'un nouveau segment de population appelé « Créatifs culturels ».

Les créatifs culturels se retrouvent autour d’un ensemble concomitant de valeurs que sont :
  • L’écologie et l’aspiration à une vie plus naturelle, le bio, les médecines douces
  • L’implication sociale et la solidarité
  • L’ouverture multiculturelle
  • La place du féminin et la réhabilitation des valeurs féminines
  • L’introspection avec le développement personnel et la spiritualité
  • L’importance accordée à l’être plutôt qu’au paraître et à l’avoir

Ils représentent 17% de la population française et 24% de la population américaine. Ce n’est pas une génération spontanée. Les créatifs culturels sont issus d'un héritage de tous les mouvements d'émancipation qui ont existé depuis 50 ans comme les mouvements de défense des droits civiques, les mouvements féministes, les mouvements écologistes. Néanmoins, une dimension nouvelle caractérise ce mouvement, c’est l’introspection.
L’objectif des créatifs culturels n’est pas de refaire le monde, ils ne sont pas utopistes. Ils envisagent plutôt de le transformer pour l'aligner avec leurs valeurs. Comme le rappelle Koshen : «Ils ne rejettent pas totalement le monde actuel, considérant à juste titre que ce qui a été fait jusqu’alors nous a conduit là où nous en sommes». Cette maturité acquise grâce à cet héritage de la diversité de l'humanité amène à l’émergence d’une nouvelle vision du monde : un changement nécessaire de paradigme.
Yves Michel constate que «le paradigme matérialiste et consumériste est une voie qui s’avère être sans issue et qui a causé des dégâts majeurs sur notre environnement extérieur comme sur nos propres environnements intérieurs». Les créatifs culturels souhaitent installer un paradigme naturel et humaniste.
La mise en évidence de ce courant est une bouffée d'oxygène et un soulagement pour beaucoup de personnes, elle démarginalise : chacun d’entre eux se rendant compte qu’il n’est pas seul à penser et agir ainsi ! De quoi répondre aux sarcasmes et au scepticisme de certains. Les voilà regroupés sous une dénomination plutôt positive et porteuse d’avenir : les créatifs culturels, parfois également appelés Créateurs de culture, terme traduit de l’anglais Cultural creatives. Mais plus qu’un courant de pensée, c’est avant tout un courant d’action qui a conscience de « l'effet papillon » : ils savent que chacun de leurs gestes influe sur la planète, que les actions locales s’inscrivent dans un mouvement plus large de transformation de la société. Pour agir ou prendre une décision, les créatifs culturels s'émancipent de tout cadre extérieur, qu’il soit politique ou religieux, ils n’attendent pas que les lois changent pour intervenir là où cela s’avère nécessaire : ils anticipent le changement social incontournable.
Aujourd’hui, les créatifs culturels sont plutôt individualistes dans leurs actions, c’est leur côté créatif qui s’exprime dans son individualité. Ils étaient jusqu’alors très peu conscients de leur nombre, comme une force qui n'a pas encore pris la mesure de son existence. Il est temps à présent qu'ils se regroupent pour fédérer leurs actions, les rendre plus visibles et leur donner un impact plus important, c’est le côté culturel qui exprime l’aspect collectif de ce courant.

Ont participé au débat :
  • Yves Michel, directeur des éditions «Le Souffle d’Or» et «Yves MICHEL»
  • Patrice Van Eersel, directeur de la collection «Espaces libres» aux éditions Laffont et rédacteur en chef de la revue «Nouvelles clés»
  • Koshen, sociologue américain
  • Caroline Chabot, journaliste au journal «Réel»
  • Georges Didier, rédacteur en chef du journal «Réel»


Sur ce thème:    Liens    Bibliographie    Envoyer à un ami

  Qui sommes-nous ? - Ethique du réseau - Ressources presse - Mentions légales