Javascript Menu by Deluxe-Menu.com
Accueil
Sommaire de la rubrique
Agenda
 

La nature

S'identifier (mail):

aide   contact   deconnection   plan du site  

Le Loubatas

Interview des animateurs du gite


Quels sont les objectifs du Loubatas, ont-ils évolué depuis la création du site ?
Au début, l'association s'est créée autour du thème de la prévention contre les incendies pour sensibiliser les personnes de la région à ce risque. Puis l'association a évolué vers l'éducation à l'environnement avec une spécialisation développée depuis 10 ans sur l'éducation à l'énergie. Plus récemment, depuis 3 ans, nous abordons également le thème de l'éco-construction avec des chantiers de jeunes et des animations spécialisées. L'objectif est d'être un lieu d'observation, de réflexion et de sensibilisation sur les gestes de la vie quotidienne et les aménagements possibles qui permettent d'adopter un comportement écologiquement responsable.

Quels type de public accueillez-vous ?
Nous accueillons tous types de public : scolaires, centres de loisirs, adultes en formation, familles en gestion libre, associations ...

Êtes-vous un centre de formation agréé ?
Oui nous sommes un centre de formation agréé, nous proposons des formations sur l’environnement d’une manière générale : animations natures, éducation à l’énergie, éco-construction, salades sauvages…. Nous proposons également des formations pour les sapeurs-forestiers.

Votre bâtiment bioclimatique a été précurseur dans la région PACA, votre installation en panneaux solaires date de 1987, vous pratiquez une gestion des énergies et de l'eau très économe, parfaitement durable et en totale autonomie avec quelques appoints. Au delà des contraintes réglementaires, ce modèle est-il reproductible à grande échelle ?
A grande échelle oui, à quelques conditions. Il faut par exemple prévoir un système de traitement des eaux plus conséquent qu'au Loubatas avec un vrai lagunage. Au niveau énergétique, la reproductibilité à grande échelle trouve toute sa cohérence car la mutualisation de l'énergie permet de répondre partiellement au problème de stockage.

Vous avez effectué une tentative d'utilisation de l'eau de pluie pour les chasses d'eau des toilettes sous forme d'un projet démonstratif subventionné, tentative qui n'a pas pu être déployée pour des raisons règlementaire. Pourquoi ne pas installer des toilettes sèches ?
Les toilettes d'origine ayant été installées à l'eau, nous avons souhaité réutiliser l'infrastructure existante, d'où l'idée d'utiliser l'eau de pluie pour réduire l'impact environnemental. Techniquement, le projet a aboutit, mais la DDASS refuse pour l'instant ce type d'installation pour une question d'hygiène liée notamment à la population enfantine très présente dans le gite, le risque étant que les enfants pourraient boire l'eau des toilettes ou qu'il y ait des mélanges entre les circuits d’eau potable et d’eau de pluie. Nous continuons notre démarche pour appliquer cette idée puisqu’elle existe dans d’autres centres.
Des toilettes sèches ont été installées à l'extérieur du bâtiment sur le terrain, mais ce système est compliqué à gérer avec des visiteurs à la journée, car proportionnellement cela produit plus de liquide que de solide et la décomposition du compost est plus difficile.



La prise de conscience du nécessaire respect de l'environnement en particulier pour les constructions d'habitat s'est accélérée ces derniers temps dans l'opinion publique. Cependant, beaucoup de solutions alternatives existent déjà mais ne sont pas encore accessibles à tous voire même pas encore réglementaires : quels sont vos observations sur l'évolution des pratiques et quels sont vos moyens d'action ?
Par rapport à l'époque de construction du gite, il existe aujourd'hui beaucoup de nouvelles techniques que nous pourrions mettre en œuvre sur nos prochains projets de construction. Il est à présent possible de construire des bâtiments à énergie positive. Les matériaux ont évolué, à l'époque le gite a dû être construit en parpaing, aujourd'hui, on utiliserait du bois et de la paille pour une meilleure isolation. Les techniques de puits canadien, de four solaire intégré dans le mur, des casquettes plus efficaces que les treilles, des calculs d'orientation du bâtiment plus précis, le domaine de l'éco-construction a beaucoup progressé. Les panneaux photovoltaïques n'ont pas beaucoup évolué en rendement mais plutôt au niveau de l'esthétique. Des capteurs sous vide sont plus performants pour le thermique. De nouveaux appoints sont également disponibles comme le poêle à granulé en lieu et place de la chaudière à gaz. Les pratiques évoluent et leur efficacité est démontrée.
En termes d'actions, nous pratiquons l'éco-conseil : il s'agit d'apporter du conseil auprès des personnes qui souhaitent se lancer dans des projets d'éco-construction et d’installation d’énergies renouvelables.

Votre association à pour ambition de changer les comportements. Quels sont les principaux comportement à modifier, ceux qui auront le plus rapidement le plus grand impact et comment agissez-vous concrètement pour sensibiliser le public ?
Nous proposons simplement à nos visiteurs de vivre différemment sur le site pendant plusieurs jours. Nous les informons des ressources disponibles et nous les invitons à manipuler des panneaux solaires, des régulateurs de débit d'eau et à constater leurs consommations. Nous leur demandons de composter leurs déchets. L'eau, l'énergie et les déchets, les personnes y sont généralement sensibles avant de venir au gite, ils se rendent simplement compte sur place que c'est possible et le mettent en œuvre de retour chez eux. Le Loubatas agit comme un déclencheur.
Nous participons également à un projet d'évaluation des changements de comportement avec une équipe de recherche via le suivi de familles qui sont passées au Loubatas jusqu'à 2 ans après leur passage. Les résultats de cette étude paraîtrons prochainement.

Sur ce thème:    Professionnels    Evènements    Envoyer à un ami