Javascript Menu by Deluxe-Menu.com
  S'identifier (Mail):
  Accueil  
   
 

Nature et Alimentation

 
 
Diffusez votre publicité
éthique et écologique

Recevoir les actualités (mail):

plan du site    contact    déconnection  

Nature et Alimentation : Agriculture > Produits > Le Guarana

Le Guarana, trésor des Indiens Sateré Mawé

Une Sentinelle Slow Food au Brésil


Le Guarana présente de nombreuses vertus. C'est un puissant tonique physique et intellectuel, il augmente la résistance aux efforts et au stress tout en ayant un effet positif sur l'humeur et la détente. Il ne présente ni effet secondaire, ni toxicité, ni accoutumance. Il entre dans la composition de compléments alimentaires et de cosmétiques. Les principes actifs de cette plante (la guaranine) sont contenues dans son noyau, surnommé, de par son apparence, « l'œil de la forêt », le Warana est la plante qui en concentre le plus dans le monde. Les terres des Sateré Mawé abritent en leur sein la seule et unique banque génétique du Warana dans le monde, ce qui attire les convoitise de l'état Brésilien et des multinationales.
Les Sateré Mawé forment un peuple d'environ 10 000 personnes. Ce peuple n'a eu de cesse, depuis les premières vagues de colonisations il y a 5 siècles et au cours des luttes culturelles incessantes dont il a été l'objet, de revendiquer son droit à disposer de ses terres ancestrales et d'affirmer son rejet de toute dépendance vis à vis de l'extérieur. En 1987, pour faire face à la prise de contrôle des richesses de l'Amazonie par le Brésil, le peuple Sateré Mawé crée le Conseil Général des Tribus Sateré Mawé (CGTSM) pour se doter des moyens politiques et économiques nécessaire à l'actualisation de son autonomie par rapport à l'état Brésilien. Le CGTSM se fait porte parole et représentant de la sauvegarde d'un patrimoine culturel, écologique et spirituel et obtient la jouissance exclusive du sol, de la faune et de la flore des 780 000 ha du territoire indien. Le projet Warana, qui existe depuis 1996, offre aujourd'hui aux Sateré Mawé un moyen de plus dans leur quête d'émancipation. Le nom de ce projet porte en lui-même toute la symbolique de l'action engagée : Warana signifie « essence de la raison », le mythe qui l'entoure prophétise que le warana fera un jour le bien de tous les hommes et sauvera l'humanité ! Cinq mythes fondateurs sont à l'origine de l'identité du peuple Sateré Mawé, ces mythes révèlent un rapport original entre l'homme et la nature, les espèces végétales sont notamment considérées de manière égalitaire face aux hommes. Le livre de Bastien BEAUFORT et Sébastien WOLF raconte ces mythes pour décrire le contexte du projet Warana auquel ils ont contribué.

La production de guarana par les Sateré Mawé est basée sur les plants sauvages qui poussent et se renouvellent naturellement au hasard de la pollinisation par les insectes et les oiseaux à l'ombre de la forêt amazonienne, l'écosystème le plus riche de la planète. La transformation du warana est artisanale et suit un processus manuel lent inchangé depuis des siècles. Le noyau est extrait de la baie, il est cuisiné pendant 6 jours dans des cuves d'argile sur des petits fours chauffés au bois de miriçu, une essence aromatique, avec un brassage constant. Puis il est séché dans des fumoirs pendant 40 jours. Ce long séchage permet de respecter les vitamines, minéraux et tanins du warana.





La production a un rendement de l'ordre de 7 tonnes par an. Le guarana sauvage ainsi produit de manière traditionnelle, rituelle et sacrée est donc biologique, il provient d'une terre ou l'utilisation de pesticides et d'engrais chimiques est encore inconnue. Les producteurs ont obtenu la double certification FGP (Forest Garden Product) et Ecocert qui garanti à leur plantation une qualité environnementale extrêmement élevée.
En comparaison, la culture intensive du guarana telle que pratiquée à Bahia en produit 100 000 tonnes/an sur des sols pauvres exposés en plein soleil, en monoculture avec d'engrais et pesticides. La baie est alors torréfiée dans des fours en métal ce qui brule la partie externe du noyau sans le sécher complètement à cœur et exacerbe alors le côté excitant du fruit le rendant déstabilisant pour l'organisme. Il va sans dire que produit obtenu n'est pas le même.

Une sentinelle Slow food a été créée en 2002 pour soutenir ce projet, elle est l'une des 7 sentinelles créées au Brésil par Slow food. Le projet est soutenu par le principe du commerce équitable qui permet d'obtenir un prix de vente garantissant sa viabilité économique. L'entreprise française Guayapi Tropical, qui pratique d'ailleurs le commerce équitable pour d'autres plantes amazoniennes, est impliquée dans ce projet depuis 10 ans.

Au delà de la contribution à la biodiversité et de la préservation d'une plante naturelle dans son lieu originel, ce projet contribue à la sauvegarde d'une ethnie qui souhaite perpétuer un mode vie traditionnel et ancestral. Un modèle exemplaire de développement écologique, social et politique pour l'humanité toute entière.

Sur ce thème:    Bibliographie    Envoyer à un ami

  Qui sommes-nous ? - Ethique du réseau - Ressources presse - Mentions légales