Javascript Menu by Deluxe-Menu.com
  S'identifier (Mail):
  Accueil  
   
 

Habitat et Environnement

 
 
Diffusez votre publicité
éthique et écologique

Recevoir les actualités (mail):

plan du site    contact    déconnection  

Habitat et Environnement : Environnement > La qualité des sols

La qualité des sols

Synthèse d'une conférence de Claude et Lydia BOURGUIGNON du LAMS
Laboratoire d'Analyse en Microbiologie des Sols
(Conférence du 22/01/2011-Rencontres pour l'agroécologie à Miramas-13)


En Europe, il n'y a plus de culture mais de la gestion de pathologies végétales. On essaie de maintenir vivantes des plantes malades alors que ce qui s'appelle agriculture c'est cultiver des plantes saines. Nous avons détruit la biodiversité dans les champs et dans la nature. Les sols se meurent alors que la santé de nos aliments, notre santé, passe par le sol. Aujourd'hui d'ailleurs l'homme pratique même la culture hors sol, mais cette culture produit des aliments pauvres en oligoéléments et micronutriments nécessaire à notre alimentation.
Déforestation, urbanisation, sur-culture, sur-pature, érosion et irrigation excessive des sols réduisent la surface de terre cultivables dans le monde, la surface de terres vivantes. Les pratiques de l'agriculture conventionnelle mettent les sols à nu, les fragilisent et conduisent à la destruction de leur cohésion. Il n'est pas normal par exemple que les rivières prennent aujourd'hui systématiquement une couleur terre lorsqu'il pleut, ce sont les sols alentours qui laissent partir leurs matières organiques avec les eaux de pluie.

Les sols ont perdu leur fertilité
L'agriculture intensive pratique le labour qui retourne la terre et envoie la matière organique trop en profondeur. Or, la matière organique a besoin d'air pour se décomposer. De plus le labour brûle la faune car la température d'une charrue peut monter jusqu'à 150°C. Les engrais répandus sur les champs brulent la matière organique pour la minéraliser et contribuent à la perte de la faune pourtant indispensable à la vitalité des sols. Il faut savoir que, dans un cycle de régénération naturelle, la totalité d'un sol est digéré par sa faune tous les 2 ans.
  • La faune épigée (cloportes, acariens, araignées) vit à la surface du sol et mange la litière et tous les déchets organiques qui sont en surface. Elle permet la fabrication de l'humus.
  • La faune endogée vit en profondeur et mange les racines mortes. Elle assure l’aération du sol permettant ainsi aux racines de s’enfoncer dans la roche mère pour fabriquer les argiles.
  • La faune anécique (vers de terre) aèrent et brassent le sol de la surface vers le fond pour constituer le complexe argilo-humique qui compose la terre.

Sans l'action de la faune, le cycle de vie du sol n'est plus assuré. Sans l'action de la faune, le sol perd sa cohésion. C'est en effet le calcium contenu dans une glande des verres de terre qui permet à l'argile et à l'humus de s'agglomérer. Sans l'action de la faune les éléments minéraux restent en profondeur et provoquent la destruction chimique des sols : nitrates, résidus de pesticide et pollution des nappes phréatiques.

En France, le taux de matière organique des sols est passé de 4% à 1,5% en 30 ans. Sans matière organique, les plantes sont nourries par des intrants chimique : Azote, Phosphore, Potassium. L'agriculture intensive ignore l'existance de l'activité microbiobogique : toutes les chaires de microbiologies des sols ont d'ailleurs été fermées partout dans le monde ...

A quoi cela sert-il de connaître plus avant le fonctionnement des sols puisqu'il existe une solution très lucrative pour les cultiver ? D'ailleurs il est impossible de gagner de l'argent en respectant la nature : les microbes travaillent gratuitement, qui plus est en permanence et par tout temps ! Mais si la terre s'est tant appauvrie, comment sera-t-il possible de réduire l'apport d'engrais en maintenant les techniques conventionnelles tel que l'envisage la prochaine directive de la Commission Européenne ?

Existe-t-il un moyen de restaurer l'activité biologique des sols ?
Oui, des techniques alternatives ont déjà fait leurs preuves dans les pays où l'agriculture n'est plus subventionnée. Elles ont permis à des paysans de réduire les coûts de production et de maintenir une activité économiquement viable. La restauration de l'activité biologique des sols passe par une reconstitution de leur matière organique.
La terre peut être amendée avec un apport direct de matière organique sur le sol : c'est la technique du compost.
Une autre technique, appelée semis direct sous couvert, consiste à planter une culture intermédiaire entre 2 cultures productives, culture intermédiaire qui est écrasée au rouleau juste avant le semis suivant et qui se décompose alors naturellement en matière organique. L'avantage du semis direct sous couvert est qu'il évite le labour et limite les besoins de mécanisation, donc offre une plus grande vitalité de la terre et un coût de production réduit. Cette technique est adaptée à toute taille d'exploitation.
La technique du Bois Raméal Fragmenté – BRF – peut permettre de restaurer l'activité biologique d'un sol en une seule année. Le BRF est composé de rameaux de feuillus broyés qui sont répandus sur le sol sur une épaisseur de 4 cm. Le couvert ainsi formé protège le sol de la chaleur et les champignons qui poussent très rapidement dans le BRF maintiennent l'humidité, ce qui permet de réduire les apports en eau nécessaires aux cultures. Cette technique est plus spécifiquement adaptée à la vigne, à l'arboriculture et au maraîchage. Elle permet de revaloriser des zones abandonnées. La technique du BRF est à usage unique : lorsque le sol a retrouvé sont équilibre biologique, il peut ensuite être simplement enrichi avec du compost.

Comme le démontrent les chercheurs du LAMS, tout espoir n'est pas perdu, mais il est plus que jamais nécessaire de s'interroger sur la capacité d'un sol à produire de façon durable, de mettre en place les techniques adaptées au maintient de sa vitalité et de se limiter à y produire le type de cultures appropriées à sa nature.

Sur ce thème:    Liens    Envoyer à un ami

  Qui sommes-nous ? - Ethique du réseau - Ressources presse - Mentions légales