Javascript Menu by Deluxe-Menu.com
  S'identifier (Mail):
  Accueil  
   
 

Le corps et l'esprit

 
 
Diffusez votre publicité
éthique et écologique

Recevoir les actualités (mail):

plan du site    contact    déconnection  

Corps et Esprit : Santé > Interview du Dr. David SERVAN-SCHREIBER

Cancer et Environnement

Interview menée lors du Congrès d'Aix-en-Provence du 17/04/2009


Dr David Servan-Schreiber, Psychiatre et Neuroscientifique


Vous avez tenu dans le cadre du congrès cancer et environnement une conférence sur les pollutions électromagnétiques. Quel est à ce jour l'impact de votre « appel à précaution concernant l'utilisation des téléphones portables » ?
C'est très difficile à juger. Le sentiment que j'ai c'est qu'il y a eu un impact auprès des gens qui se sentent concernés par la maladie ou qui sont déjà malades et qui ont suivi les conseils donnés pour utiliser leur téléphone portable avec plus de précaution. Je pense que nous avons eu un réel impact sur les décideurs et même sur les opérateurs qui ont senti qu'il y avait une préoccupation énorme, non seulement de la population, mais encore de la communauté scientifique et qui s'ouvrent à la question alors que, jusque là, ils considéraient ceux qui soulevaient ce type de problème comme des agitateurs extrémistes et fanatiques.
Suite à ce constat, j'ai écrit à Nathalie Kosciusko-Morizet et j'observe qu'il y a un grenelle environnement et santé qui traite spécifiquement la téléphonie mobile. J'organise également avec une consœur, à Washington en septembre 2009, deux jours de congrès scientifique au sénat américain sur la question des téléphones portables et de la santé.

Les progrès considérables de la médecine permettent de guérir de plus en plus de pathologies graves, mais comment faire évoluer un tel système pour le réorienter vers la prévention des maladies, moins coûteuse et plus saine ?
Le problème c'est que ce n'est pas le même métier. Je ne pense pas que la prévention passe nécessairement par les médecins, même s'il doivent la comprendre, s'y engager et la soutenir. Quand on devient garagiste c'est pour réparer des voitures, lorsque l'on devient médecin, c'est pour soigner les personnes malades. La prévention c'est enseigner comment manger, comment avoir une activité physique saine, de quel produit il faut se méfier pour ne pas tomber malade comment se parler entre personnes pour éviter le développement de problèmes psychiatrique. La prévention fait appel à des compétences en éducation. Intégrer la prévention relève d'une réorganisation de la société dans son ensemble.



© E. Robert Espalieu



En tant que neuroscientifique, pensez-vous que les émotions que ressent l'homme face au déclin du système actuel sur les plans économiques, écologiques et même humains lui permettent de réagir avec créativité et pertinence pour trouver une nouvelle trajectoire ?
Du point de vue des neuroscience, on sait que quand les gens sont face à des situations difficiles, certains sombrent dans l'impuissance et le désespoir et d'autres entrent dans l'activisme.
Maintenant, tomber dans l'un ou dans l'autre est aussi lié à l'exemple des personnes qui nous entourent et qui choisissent une voie ou l'autre. Notre rôle en tant que scientifique, en tant que médecin ou en tant que journaliste est d'inciter à l'action sur les choses que nous pouvons changer pour éviter que les gens sombrent dans le désespoir et le défaitisme.


Sur ce thème:    Liens    Bibliographie    Envoyer à un ami

  Qui sommes-nous ? - Ethique du réseau - Ressources presse - Mentions légales