Javascript Menu by Deluxe-Menu.com
  S'identifier (Mail):
  Accueil  
   
 

Le corps et l'esprit

 
 
Diffusez votre publicité
éthique et écologique

Recevoir les actualités (mail):

plan du site    contact    déconnection  

Corps et Esprit : Médecines douces > Biokinergie

La Biokinergie, une technique douce de soins manuels

Une interview d'Alice BRUNETON, Kinésithérapeute et Biokinergiste


A quels troubles s’adresse la biokinergie et quels sont ses objectifs ?
La biokinergie est une méthode de traitement manuelle dont l'objectif est la rééquilibration globale du corps physique et énergétique. La biokinergie s’adresse à l'ensemble du corps. Physique et psychique étant liés, elle permet de travailler indirectement sur le plan psychique. Elle peut être pratiquée en action préventive aux changements de saison et elle s’adresse également à différents troubles :
  • musculaire et squelettiques : mal de dos, sciatique, entorse, tendinite
  • fonctionnels : transit, jambes lourdes
  • psychique : stress, idées noires, troubles du sommeil, spasmophilie
  • troubles du nourrisson : régurgitation, otites, bronchites à répétitions
Elle permet, à défaut de les soigner, de soulager les problèmes chroniques en apportant au corps la capacité de mieux compenser les handicaps induits par la pathologie, par exemple dans le cas d'une insuffisance respiratoire, la biokinergie en libérant les tissus permet au corps de se redresser et de mieux respirer. La finalité d’un traitement en Biokinergie est de redonner au corps son fonctionnement optimal en restaurant la fonction de tous les systèmes (locomoteur, viscéral, vasculaire, nerveux, hormonal, …) par la libération des zones de tension et de blocages.

Quel sont les bases de cette pratique ?
Michel Lidoreau, kinésithérapeute et ostéopathe a découvert dans les années 1980 la présence de zones d’enroulements tissulaires au niveau de la peau. Les enroulements sont des manifestations réactionnelles des tissus en regard des zones perturbées. Ils permettent de faire un bilan, de savoir où traiter et comment traiter. Les différents types de traitement, physique, énergétique ou viscéral, correspondent aux différentes densités d’énergies au niveau desquelles il est possible d'intervenir. La détente des enroulements permet de libérer les zones à traiter.
En 1984, l’INSERM de Montpellier (Institut National de la Santé et de la Recherche Médicale) a mis en évidence que sous les points d’acupuncture, le tissus conjonctif avait une forme de spirale. Les enroulements ont donc bien une réalité physique, ils ne sont pas seulement issus d'un ressenti thérapeutique.

Quels sont les techniques utilisées ?
Avant de démarrer un traitement, le praticien réalise plusieurs bilans et c’est le corps qui va indiquer, à travers ces bilans, la zone par laquelle commencer. C’est comme en écoutant un orchestre : en tendant l'oreille on peut distinguer chaque instrument. Le praticien peut distinguer dans la vibration globale du corps celle de chaque organe et particulièrement celle de la zone discordante.
En général, le bilan de départ est réalisé depuis les pieds, l’extrémité augmentant les résonances du corps. Puis le praticien se déplace vers la zone détectée pour trouver les enroulements sur lesquels agir. Les enroulements ont une profondeur plus ou moins grande qui permet d'identifier l'impact de l'action : ligamentaire, articulaire, musculaire, nerveuse, hormonale ou énergétique ou bien encore sur un organe, ... Le praticien va alors travailler à la libération des enroulements, mais ce ne sont pas ces doigts qui vont corriger le problème, c'est le corps qui va lui-même mettre en place les réflexes correctifs suite à cette intervention. En effet, le vivant tend à l'homéostasie, c'est à dire à garder une certaine constance (température, pression artérielle, ...) et, lorsqu'il est confronté à des agressions (stress, conditions de vie difficiles, ...), il s'adapte ou compense pour maintenir son homéostasie. Il se trouve alors avec une somme de déséquilibres qui forment un tout équilibré. Le symptôme apparaît à partir du moment où le corps n'est plus capable de compenser. La biokinergie cherche l'origine du symptôme et met en place les réflexes qui permettent de libérer les déséquilibres. C'est le corps qui s'autorégule et qui se guérit. La biokinergie est une technique de manipulation douce qui permet d'obtenir des résultats rapides et durables.

Le traitement par cette méthode est-il long ou bref ?
Tout dépend pourquoi le patient consulte. Sur des pathologies chroniques, le traitement sera suivi et fréquent. Pour un problème précis, 2 à 3 séances à 3 semaines ou 1 mois d'intervalle suffisent à un rééquilibrage permettant de faire disparaitre le symptôme. Un entretien préventif demandera 1 à 2 séances par an aux changements de saison.
Une séance dure environ une heure, mais la durée varie selon la réactivité du patient. Chez les enfants par exemple, le corps peut réagir très rapidement et ne plus envoyer de signal de déséquilibre au bout d'une demi-heure. Chez d'autres, le corps pourra envoyer des signaux, mais retenir sa réactivité et déclencher les premiers effets plusieurs jours après une séance.



En quoi la biokinergie diffère-t-elle de la kinésithérapie classique, de l'ostéopathe ou encore de l'acupuncture ?
La kinésithérapie pratique un massage général qui s'adresse aux muscles et à la peau dans leur globalité. La biokinergie est également une technique de massage, qui relève donc de la compétence des kinésithérapeute, mais ce sont des massages très ciblés, les doigts sont posés à des endroits très précis et les 2 mains sont utilisées, chacune des mains augmentant le travail de l'autre. Par ailleurs, la biokinergie ne couvre pas l'activité de ré-entrainement physique pratiquée par les kinésithérapeutes.
La différence avec l'ostéopathie, c'est le fait qu'il n'y a pas de manipulation du corps. C'est également l'intégration de l'énergétique chinoise dans le traitement, il n'y a pas une partie traitement corporelle et une partie traitement énergétique distinctes. Ces deux techniques sont intégrées : le praticien peut avoir un doigt sur un point d'acupuncture et un doigt sur un point musculaire et chaque point contribuant à l'effet de l'autre.
La différence avec l'acupuncture, vient principalement du fait que la biokinergie n'utilise pas d'aiguilles. Elle ne pique pas mais elle pratique la stimulation tissulaire sur les points d'acupuncture en se basant sur les méridiens tels que décrits par la médecine chinoise mais également sur d'autres points réflexes du corps.

Qui délivre le diplôme de biokinergiste et quelle est/sont les formations pré-requises ?
Le diplôme de biokinergiste est délivré par le CERB – Centre d'enseignement et de Recherche en Biokinergie. Il est accessible aux masseurs-kinésithérapeutes en 4 ans (~120 jours), aux kiné-ostéopathes en 1 an et demi ainsi qu'aux médecins et aux dentistes. Il y a environ 800 praticiens biokinergistes en France aujourd'hui.
La formation propose également des séminaires de spécialisation sur les enfants, en psycho-corporel, sur la diététique ou encore sur l'énergétique chinoise. Il faut savoir que la technique de biokinergie évolue régulièrement car les formateurs ont un esprit ouvert et sont en recherche permanente d'une cohérence toujours plus grande entre les 3 approches physique, énergétique et psychique.

Pourquoi vous être orientés vers cette discipline ?
Ma formation de base est ergothérapeute puis kinésithérapeute. Lorsque j'ai terminé mes études de kinésithérapie, j'ai cherché à mieux comprendre le fonctionnement du corps humain et de l'être humain dans sa globalité. Je me suis donc formée à la biokinergie parce que cela me permettait d'affiner mes connaissance sur le fonctionnement global du corps, à la fois physique et énergétique. En parallèle, je me suis également formée à l'ostéopathie.

Quels sont vos clients, viennent-ils essayer cette méthode directement ou sont-ils passés par plusieurs autres méthodes avant de venir vous consulter ?
Généralement, les personnes qui viennent s'intéressent à la prise en charge global du corps. Ils ont conscience de l'unité corps-esprit et cette curiosité d'aller mieux d'une manière différente et plutôt douce. Ils ont souvent déjà utilisé plusieurs techniques avant de me consulter ou bien ils cherchent un complément physique à d'autres méthodes de soin, certains sont en psychothérapie par exemple. D'autres patients ont simplement découvert la méthode en lisant un magazine et souhaitent l'essayer.

Sur ce thème:    Liens    Envoyer à un ami

  Qui sommes-nous ? - Ethique du réseau - Ressources presse - Mentions légales