Javascript Menu by Deluxe-Menu.com
Accueil
Sommaire de la rubrique
Agenda
 

Le corps et l'esprit

S'identifier (mail):

aide   contact   deconnection   plan du site  

ABC de la nouvelle dentisterie holistique

par le Dr Estelle VEREECK


Du grec holos qui signifie “tout”, la dentisterie holistique dont la vocation est de soigner l’individu dans sa globalité, est une approche très récente. Pendant des siècles en effet, la bouche fut considérée comme séparée du reste du corps et la dent comme un organe d’importance secondaire, un vulgaire minéral planté dans les mâchoires dévolu à la seule fonction de broyer. La nouvelle dentisterie holistique est une dentisterie raisonnée, qui tient compte des différents niveaux y compris psychologique. Elle utilise les dernières technologies et, dans une perspective de santé globale, est attentive à la biocompatibilité des matériaux. Elle renforce le dépistage et la prévention, notamment en bas âge. Elle n’oublie pas que la dentisterie est aussi un art, dans lequel une réalisation technique de qualité prime sur toute autre considération. Une telle dentisterie est holistique dans le sens authentique du terme, en dehors de toute connotation ésotérique. Comme ces principes sont à la base de ce que devrait être toute pratique dentaire, souhaitons que la dentisterie du XXIe siècle soit holistique pour le plus grand bien de tous.

Affirmer l’importance des dents
Les dents furent longtemps un accessoire encombrant dont on déléguait le traitement aux charlatans et autres arracheurs de dents. Aujourd’hui encore, la bouche n’occupe pas une place centrale en matière de santé. C’est regrettable car elle est le carrefour de tous les dangers. Si chacun sait que la bouche est une porte d’entrée pour les germes qui y prolifèrent et peuvent essaimer dans le corps (infection focale), peu imaginent l’importance de l’occlusion (manière dont les dents s’emboîtent) Or elle influence par le biais des chaînes musculaires et de l’articulation des mâchoires toute la posture avec une incidence directe sur le tonus et le bien-être général. Notre équilibre postural, énergétique et psychologique repose sur des contacts dentaires harmonieux. Beaucoup moins encore savent que les dents, indispensables au développement des mâchoires, participent à l’esthétique faciale et à la fonction essentielle qu’est la respiration. Et la plupart ignorent que la bouche est la porte d’entrée d’une insidieuse pollution générée par les matériaux qui y sont insérés.

Biocompatibilité
La salive génère des phénomènes de corrosion qui rendent potentiellement toxique tout métal posé en bouche. Les controverses sur le « plombage » (amalgame) n’ont mis en lumière qu’une partie du problème. L’intoxication chronique par les métaux et matériaux employés en art dentaire est sous-estimée voire ignorée, ainsi que ses conséquences (cancer, maladie d’Alzheimer, sclérose en plaque).
Employé de longue date faute de matériaux plus adaptés, le métal n’a pas sa place en bouche. Polluant et perturbateur de la santé globale, il agit à de nombreux niveaux. Grâce à l’apport des nouvelles technologies, il peut et doit à terme être éliminé de l’art dentaire. Les matériaux sans métal non générateurs de galvanisme sont l’avenir de la dentisterie, tant pour les soins que pour la prothèse et l’implantologie.

La dentisterie moderne doit privilégier les matériaux les plus biocompatibles et bannir les spécialités contenant des substances toxiques ou irritantes. C'est le cas notamment de certaines pâtes d'obturation canalaires qui sont introduites dans le canal de la dent après dévitalisation,en remplacement du nerf. Ces pâtes sont de véritables implants médicamenteux qui relarguent des années durant (et parfois à vie) des composés irritants, allergisants ou franchement toxiques (dérivés formolés, antibiotiques, anti- inflammatoires) qui minent la santé au moins autant que le mercure des plombages, perturbant les défenses immunitaires, affaiblissant le terrain et faisant le lit des maladies dégénératives.

Comprendre pour mieux choisir
L’approche holistique ou globale va bien au-delà du remplacement des plombages au mercure mais surtout, elle sonne le glas de la passivité du patient. Elle s’adresse à un patient responsable, conscient des enjeux de santé associés aux problèmes et soins dentaires, un patient impliqué dans sa propre guérison et qui fait ses choix en conséquence. La multiplication des techniques et des matériaux employés en dentisterie oblige aujourd’hui chacun à s’informer. Le temps où on ouvrait la bouche en fermant les yeux sur le fauteuil du dentiste est révolu. Si par son devoir d’information le praticien doit prévenir des effets secondaires possibles d’une thérapeutique donnée et de la composition des matériaux utilisés, le patient a le devoir de s’informer. S’en remettre au dentiste, « Faites pour le mieux, Docteur », est une attitude révolue. Il est essentiel de savoir ce qu’implique en terme de santé globale la pose d’un implant, d’un bridge, d’une couronne ou de toute autre prothèse, de même que la réalisation d’un soin, quelle que soit sa nature. En terme de choix, le mieux au plan financier ne coïncide pas toujours avec le mieux en terme de santé et de biocompatibilité. La dentisterie moderne s’adresse à un patient responsable, soucieux de gérer sa santé, aussi bien dentaire que générale, et qui fait ses choix en conséquence. Dans l’environnement de plus en plus pollué où nous sommes contraints de vivre, il est vital d’éviter toute pollution supplémentaire d’origine dentaire, de loin la plus redoutable car présente et active en permanence dans le corps. S'informer est une priorité parce que nos soins dentaires engagent notre santé.

Dr Estelle VEREECK
Ce thème est développé dans son livre "Le Pratikadent" (voir Bibliographie)

Sur ce thème:    Liens    Bibliographie    Envoyer à un ami