Javascript Menu by Deluxe-Menu.com
  S'identifier (Mail):
  Accueil  
   
 

Le corps et l'esprit

 
 
Diffusez votre publicité
éthique et écologique

Recevoir les actualités (mail):

plan du site    contact    déconnection  

Corps et Esprit : Thérapies > Interprétation des aliments > Sens des désirs alimentaires

Le sens de nos désirs alimentaires

Synthèse de la conférence donnée par le Dr Olivier SOULIER le 18/10/2007 à Aix-En-Provence, un évènement e-quilibres.

"En mangeant, je me rend malade, en digérant, je me guéris", Olivier Soulier introduit ainsi sa conférence sur le sens des désirs alimentaires et présente son travail de recherche et de praticien en matière de symbolique du corps et des maladies.
L'acte de se nourrir, un acte quotidien et souvent banalisé, n'est pas si anodin. Ainsi, si je rêve de manger des fruits de mer, du chocolat au riz soufflé, du camembert ou de la roquette, mon désir de tel ou tel aliment me renseigne sur mes émotions, mes conflits et la manière dont je les gère.

Partant de l'embryon, Olivier Soulier explique comment peuvent naître les dépendances ultérieures de la personne au sucre et au cannabis. En effet, ces deux substances sont présentes au moment du démarrage de la vie et permettent à l'oeuf fécondé par le spermatozoïde de réussir ou non son implantation dans l'utérus. Plus tard, la relation au sucre traduira la capacité de la personne à être autonome, à grandir en se détachant de sa mère et de ses dépendances familiales. De même, la consommation de cannabis par les adolescents exprime une question fondamentale : "Pourquoi suis-je là ?". En effet, l'anandamine, une substance de la famille du cannabis était présente au moment de l'implantation de l'oeuf qui a ainsi "négocié" avec l'utérus son implantation.

L'enfant grandit et il va devoir conquérir son territoire, par exemple se défendre dans le bac à sable ou dans la cour de récréation. Il va trouver dans le pain et le gluten la dimension paternelle et la nécessité d'accepter la règle commune pour assurer la cohésion du groupe. Mais pour libérer son agressivité, il peut avoir besoin de l'énergie de la viande. Une personne qui a une aversion pour la viande a souvent peur de sa propre agressivité. Olivier Soulier donne l'exemple de Hitler, célèbre végétarien. Il ne faut pas confondre avec ceux qui décident de devenir végétarien et dont le choix exprime une conquête plus subtile et plus intérieure, celle de l'identité et de la conscience.
Que faire quand les enfants ne sont attirés que par les féculents et la viande ? Olivier Soulier affirme qu'il ne sert à rien de se battre pour leur faire manger des légumes, "c'est de la persécution". En décodage symbolique, les légumes servent à digérer nos frustrations. Quant aux fruits, ils symbolisent nos envies de pouvoir. C'est pour cela que les enfants préfèrent souvent les fruits aux légumes.
Autre aliment riche en symboles, le chocolat. Le chocolat exprime notre désir d'être amoureux. On connaît ses vertus stimulantes et antidépressives. Fait étonnant, certaines personnes aiment le chocolat alors qu'il les rend malades. Comment expliquer que certaines personnes désirent un aliment alors que cet aliment les rend malade ? Selon Olivier Soulier, cette apparente incohérence peut évoquer un blocage transgénérationnel, voire l'existence d'un secret de famille.

Au chapitre des salades, la symbolique de nos désirs ou aversion est savoureuse. D'une manière générale, le désir de salade en dit long sur nos relations amoureuses. Ainsi la laitue est anaphrodisiaque, la mâche nous parle de notre Oedipe, la scarole et la frisée expriment une hyper séduction qui peut déboucher sur la dépression symbolisée par les endives. Le désir de feuille de chêne exprime notre ré-entrée ou notre demi-sortie de la relation amoureuse, quant à la roquette, c'est la salade des mauvais calculs amoureux.

Après avoir passé en revue de nombreux aliments dont les huîtres (c'est parce qu'il y a quelque chose que vous n'avez pas pu éviter que vous créez une perle), les coquilles St Jacques (symbole de la perfection de la féminité), le parmesan (symbole de la pauvreté affective, comme d'une manière générale, les fromages secs et durs, si ce n'est que le désir de parmesan traduit une sublimation de cette pauvreté dans les expressions créatives), les épices (qui exercent un effet antidépresseur), la saveur acide (qui nous renvoie aux colères rentrées : "vous avec accepté trop de choses inacceptables").
Olivier Soulier décode les troubles de comportement alimentaires : anorexie, boulimie, ... Il met en garde contre les édulcorants, véritables leurres pour l'organisme et il nous invite à écouter largement nos désirs alimentaires avec un seul bémol de taille, la limitation de la consommation de sucre.

Merci à Anne pour la rédaction de cette synthèse.

Sur ce thème:    Professionnels    Envoyer à un ami

  Qui sommes-nous ? - Ethique du réseau - Ressources presse - Mentions légales