Javascript Menu by Deluxe-Menu.com
  S'identifier (Mail):
  Accueil  
   
 

Art et Cultures

 
 
Diffusez votre publicité
éthique et écologique

Recevoir les actualités (mail):

plan du site    contact    déconnection  

Art et Cultures : Cultures > Le mouvement de transition

Le mouvement de transition

Où comment se préparer à l’inéluctable ère de l’après-pétrole


Inspiré par Rob Hopkins en 2005 et expérimenté en Angleterre dans la petite ville de Totnes, le mouvement de transition s’appuie sur un constat issu de deux causes : Alors que le dérèglement climatique nous incite à changer nos modes de vie, le pic pétrolier nous l'impose.
Les réserves en pétrole découvertes de nos jours sont généralement situés dans des zones difficiles d'accès et la taille des gisements se réduit : le pétrole est donc de plus en plus coûteux à produire. Le pic pétrolier correspond au moment où le pétrole va cesser d’être bon marché, ce qui va déclencher un choc pétrolier. Concernant le dérèglement climatique, le dernier rapport du GIEC - Groupe d'experts Intergouvernemental sur l’Evolution du Climat - fixe pour objectif une réduction de 50 % de nos émissions de CO2 d’ici 2030 pour limiter le réchauffement à 2°C d’ici 2100. Les pays en développement ne disposant pas encore des moyens de maîtriser leurs émissions, cela signifierait pour les pays industrialisés une diminution de 90 % !
Dès lors, plusieurs scénarios sont envisageables : une révolution technologique qui apporte des solutions novatrices, une stabilité du système actuel, peu probable du fait de la raréfaction des ressources fossiles, une descente énergétique maîtrisée ou un effondrement par manque d'anticipation.


Le mouvement de transition répond au scénario de descente énergétique et incite à mettre en place des solutions qui tiennent compte des caractéristiques conjointes des deux causes identifiées.
Ce mouvement s’inspire de la permaculture. La permaculture est une science systémique qui a pour but la conception de lieux de vie écologiquement soutenables, socialement équitables et économiquement viables en reproduisant la diversité, la stabilité et la résilience des écosystèmes naturels. En effet, ces derniers, contrairement à nos champs cultivés, ont la propriété d'être stables, diversifiés, de consommer un minimum d'énergie, d'être autonomes (cycles fermés) et de ne pas produire de pollution (grâce à la forte interconnexion de ses éléments : les déchets d'un système sont utilisés par d'autres systèmes). C'est un modèle particulièrement pertinent pour des systèmes humains devant drastiquement réduire leur consommation d'énergie et leur émissions de CO2 (et autres polluants). Les initiatives de transition transposent les principes de la permaculture à la société pour conduire à sa transformation.

La résilience, principe de base du mouvement de transition, est la capacité d’un système à retrouver son équilibre après une perturbation. Le mouvement de transition invite le citoyen en tant qu’individu à considérer cette crise inéluctable comme une opportunité de changement et à prendre part à l’outil collectif afin de se préparer à l’après-pétrole. L’originalité de ce mouvement tient dans le fait qu’il s’appuie sur un mode de fonctionnement social à dimension humaine pour élaborer des solutions pertinentes et viables à une échelle locale. Cela vient en réponse au constat que les actions individuelles ne suffiront pas et que la mise en place de solutions au niveau institutionnel ne sera pas assez rapide.

La clé de la transition réside dans la corrélation des efforts de chacun pour mettre en cohérence toutes les actions et créer ainsi une dynamique vertueuse. Les initiatives de transition sont portées par un groupement composé de citoyens (actifs, enfants et retraités) auquel se joignent également les organisations locales déjà en place comme les associations ou les acteurs de l’économie sociale et solidaire. Des associations comme les amis de la Terre, ATTAC, ou des initiatives comme Slow Food ou le réseau Cocagne par exemple, sont des partenaires privilégiés pour une initiative de transition.

Quels sont les domaines d’action ?
  • L’alimentation : Relocalisation (Consommation locale, AMAP, Groupements d’achat) et des modifications de la production agricole (Cultures respectueuses de l’environnement et de la santé humaine, Potagers ruraux ou urbains, individuels ou collectifs, Plantation d'arbres, Partage de graines, Partage des savoirs-faire)
  • La santé : Prévention, Prise en charge holistique des maladies
  • L’éducation
  • L’économie : Relocalisation économique, Monnaies locales, Système d’échange Libre - SEL. Reconstruction d’une économie là où nous vivons à partir de besoins réels et non fantasmés.
  • Les transports : Se déplacer autrement (vélo, transformation de routes en vélo-routes, transports en commun, covoiturage, autopartage)
  • Les énergies : Le scénario négawatt propose une réduction de l'empreinte énergétique sur la période 2000-2050 suivant trois axes : sobriété, efficacité et utilisation d'énergies renouvelables.
  • Les déchets : Recycler (compostage pour utiliser ses déchets verts et produire localement engrais naturel et pesticides biologiques, utilisation des déchets comme matériaux de construction) et réutiliser (ressourceries, emmaus, don).

L'objectif de toute initiative de transition est de définir et mettre en œuvre un «plan d'action de descente énergétique» propre à son périmètre (quartier, village, …), qui dessine une vision à 20 ans de ce que peut être un lieu de vie où la dépendance aux énergies fossiles est minimum et la résilience maximum. Pour mener à bien une initiative de transition, Rob Hopkins a élaboré une démarche structurée issue des premières expériences.

Très courantes dans les pays anglophones, les initiatives de transition se multiplient en France depuis la traduction du livre de Rob Hopkins en français. Le site internet des territoires en transition relaie les initiatives françaises. Informez-vous et rejoignez en PACA les groupes d’Aix-en-Provence, de Marseille ou d'Avignon.

Sur ce thème:    Liens    Bibliographie    Envoyer à un ami

  Qui sommes-nous ? - Ethique du réseau - Ressources presse - Mentions légales